7 raisons valables de remplacer le lait de vache et tous les laits d’animaux par des laits végétaux

laits végétaux

J’ai déjà exprimé dans mes recettes ou mon article (Comment composer un petit déjeuner sans gluten ?) mon choix de ne pas consommer de lait animal, que je remplace systématiquement par un lait végétal. Pourtant, depuis mon enfance, comme beaucoup d’entre vous, j’ai été éduquée avec l’idée que le lait de vache est indispensable pour grandir, avoir des dents et des os solides… 

J’ai moi-même perpétué cette croyance en donnant du lait à mes enfants. Et même quand l’aîné régurgitait régulièrement ses biberons, l’idée que le lait en soit la cause ne m’a même pas effleurée !

La preuve que le message est bien ancré dans nos esprits depuis des générations !

A qui la faute ? A l’industrie laitière, qui à grand renfort de spots publicitaires, garantit ainsi la santé de ses actionnaires, à défaut de celle des humains.

Laissez-moi maintenant vous donner quelques pistes de réflexion, qui m’ont incitée à remplacer le lait animal par des laits végétaux :

1) Les hommes préhistoriques :


Avant l’apparition de l’élevage, les hommes préhistoriques ne connaissaient pas le lait. Or l’étude de leurs squelettes montre qu’ils ne souffraient quasiment pas de pathologies osseuses. Ils vivaient relativement vieux, malgré une mortalité infantile élevée.

Le seul lait connu était alors le lait maternel.

2) Les femmes asiatiques ne consomment pas de lait :


Et pourtant elles ont moins d’ostéoporose que les femmes occidentales.L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a d’ailleurs constaté que c’est dans les pays à forte consommation de produits laitiers qu’on compte le plus de fractures de la hanche : c’est ce qu’on appelle le « paradoxe du calcium ».

3) L’Homme, un mammifère intelligent ?


L’Homme est le seul « animal » à boire le lait d’un autre animal. Les autres mammifères s’alimentent uniquement avec le lait de leur mère, pendant la période de croissance. Quand ils sont sevrés, ils changent définitivement de nourriture.

4) Le lait encrasse notre organisme :


Comme le gluten, le lactose (sucre) du lait provoque une irritation de la paroi de l’intestin grêle et la rend poreuse. De grosses molécules alimentaires indésirables et des bactéries, vont pouvoir alors passer dans le sang et provoquer ainsi des maladies cutanées (eczéma, psoriasis…), ORL (asthme, allergies..), articulaires, neurologiques… c’est ce que les Anglais appellent « leaky kut » (« fuite du grêle »).

5) Le lait provoque des cancers :


Un lien entre la consommation de produits laitiers et le cancer a également été avancé : la responsable serait la forte teneur en facteur de croissance du lait de vache, qui favoriserait la prolifération cellulaire à l’intérieur des tumeurs (particulièrement de la prostate et des ovaires).

6) De mauvaises graisses :


Les matières grasses contenues dans le lait sont des acides gras saturés avec de grosses molécules lipidiques, très nocives pour notre santé.

7) Le lait est contaminé :


Le lait concentre tous les pesticides, hormones et antibiotiques que la vache aura pu ingérer.

On peut trouver dans les nombreux écrits sur le lait d’autres arguments pour vous convaincre de le supprimer de votre alimentation… Mais faut-il y croire, me direz-vous ?


C’est pourquoi je vais vous raconter maintenant mon expérience personnelle : s’il existe une preuve irréfutable à mes yeux, c’est bien celle-là !

Vous savez déjà pourquoi mon mari et moi avons supprimé le gluten de notre alimentation (Renaître avec une alimentation sans gluten). Mais il y avait un problème récurrent chez moi qui était atténué mais pas vraiment résolu : je souffrais depuis des années de rhinites chroniques, aggravées au printemps (période « rhume des foins »).

Je savais donc déjà que l’alimentation joue un rôle primordial pour être en bonne santé. Plus de gluten… j’ai donc continué mes recherches, qui ont inévitablement abouti sur la problématique du lait. Pourquoi pas !

Cela fait plusieurs mois maintenant que je ne consomme plus de lait… et je constate une nette régression de mes symptômes ! Il m’arrive d’oublier « mon nez » pendant des semaines, ce qui ne m’était jamais arrivé auparavant !
Mais quand il m’arrive de « craquer » pour une portion de fromage, ou quand je mange chez des amis (difficile d’échapper à la crème, au beurre, au gruyère râpé…), je vois dans les heures qui suivent revenir les éternuements et le nez qui coule !

Donc pour moi, la preuve est faite !


Cela m’encourage bien sûr à continuer sur cette voie puisque j’ai constaté ma « guérison » : on devrait dire plutôt « rémission » puisque la rechute est inévitable si le lait est de nouveau consommé !


Deux questions se posent alors inévitablement :

– Quels laits végétaux utiliser pour remplacer les produits laitiers dans la cuisine au quotidien ?

– Où trouver du « bon » calcium ?

Notamment dans les  crucifères (mais pas que) : 7 sources de calcium sans lait !

L’expérience de chacun est la meilleure garantie que l’on puisse trouver : n’hésitez donc pas à nous communiquer la vôtre !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •