9 astuces pour boire de l’eau

On nous dit de manger 5 fruits et légumes, et de boire 1,5 litre d’eau par jour, mais on ne nous explique pas toujours pourquoi… et pourtant c’est important le « pourquoi » !

Même si cela peut paraître évident, a-t-on vraiment toutes les infos nécessaires pour comprendre ?

Bon, les 5 fruits et légumes, c’est déjà expliqué en détail dans cet article. 😉

Au tour de l’eau !

1,5 litre, c’est une moyenne sur laquelle les avis divergent : nous verrons plus loin que cela dépend de plusieurs facteurs comme la morphologie, l’alimentation, l’activité physique, etc…

Mais même si cela varie, c’est une bonne moyenne, un bon chiffre à garder en tête : quand c’est chiffré, c’est précis… et tout ce qui se mesure s’améliore ! 😉

La quête de l’eau a marqué la vie des Hommes : sans eau, pas de vie ! Mais l’eau n’a pas toujours eu la même valeur dans leur histoire…

Voyage dans le passé

Dans l’Antiquité, on aimait prendre des bains dans les thermes, lieu prisé également pour les discussions qui les animaient.

Au Moyen-Age, cette pratique devient rare : on a peur que l’eau permette à des maladies d’entrer par les pores de la peau.

Au 15ème siècle, ceux-ci sont fermés suite à leur réputation sulfureuse de lieux dédiés aux plaisirs et à la prostitution.

Aux 16ème et 17ème siècles, seuls les bains thérapeutiques, ou dans les cours d’eau sont pratiqués. On préfère alors les serviettes humides pour la toilette, et les crèmes et les poudres pour masquer les odeurs.

L’eau pour se laver ne retrouve ses lettres de noblesse qu’à la fin du 18ème siècle.

Il faudra attendre le 19ème siècle et les épidémies de choléra pour qu’on s’intéresse à la qualité de l’eau, et que son accès se démocratise dans les grandes villes, avec l’installation de l’eau courante et du gaz.

Mais l’eau n’a pas toujours été accessible comme on la connaît actuellement dans les pays développés. Pendant longtemps, les Hommes ont dû la transporter depuis les sources, les fontaines et les puits, et se déplacer aux lavoirs pour le linge, ou aux bains publics pour la toilette. Il existait même le métier de « porteur d’eau » à domicile.

La modernisation de l’accès à l’eau a favorisé sa consommation… puis son gaspillage, avec l’inégalité à l’échelle mondiale que l’on connaît encore actuellement !

Même si l’eau est de nos jours une denrée bien connue (du moins on le pense), sa quête se poursuit toujours, puisqu’on cherche la moindre petite trace sur d’autres astres que la Terre : signe évident d’une vie possible passée ou future !

L’eau au centre de la vie

La terre est recouverte majoritairement d’eau : les chiffres divergent entre 71 et 79 %.

Mais notre corps est composé aussi majoritairement d’eau : 60 % en moyenne chez un homme adulte, avec des variations en fonction :

  • De la masse corporelle : la proportion d’eau dans l’organisme d’une personne maigre est plus importante que chez une personne corpulente
  • De l’âge : les tissus qui vieillissent perdent de l’eau au détriment de la graisse

La répartition de l’eau dans l’organisme n’est pas uniforme :

  • 1 % dans les dents
  • 22 % dans les os
  • Plus de 70 % dans la peau, les muscles, l’estomac, les intestins, le cerveau, les poumons, le cœur, le sang

La majeure partie de cette eau est contenue à l’intérieur même des cellules, le reste étant réparti essentiellement :

  • Entre les cellules (liquide interstitiel)
  • Le sang
  • La lymphe
  • Le liquide céphalo-rachidien
  • Le globe oculaire

On comprend ainsi son importance déterminante dans des fonctions vitales :

  • Réactions chimiques nécessaires au fonctionnement de l’organisme
  • Transport de substances dissoutes
  • Élimination des déchets générés par l’organisme
  • Régulation de la température corporelle
  • Digestion : plusieurs litres d’eau sont secrétés (en dehors des apports) pour faciliter le travail de l’estomac et de l’intestin grêle
  • Fonctionnement des organes, comme les poumons, le cerveau, les muscles…

Mais si l’eau est présente de façon constante et nécessaire dans notre organisme, paradoxalement celui-ci ne peut pas la stocker (sauf dans certaines pathologies), et est continuellement en activité pour l’éliminer par :

  • Les excrétions dont la principale est l’urine
  • environ 1,5 litre
  • Dans les matières fécales
  • Environ 0,2 litre
  • La respiration : les poumons, en expirant, rejettent de l’air chargé de vapeur d’eau
  • La transpiration : cette perte hydrique dépend de la chaleur ambiante et de l’activité
  • Environ 0,8 litre

Un adulte de taille moyenne dépense ainsi en moyenne 2,5 litres d’eau par jour, sans aucune activité physique et dans un milieu tempéré.

Il faut donc que les apports en eau compensent les pertes. Sinon se déclenche le signal d’alerte bien connu qu’est la soif : signe que l’organisme est en état de déshydratation.

A noter qu’il n’est pas recommandé d’attendre d’avoir soif… et que l’Homme ne peut pas vivre plus de 2 ou  3 jours sans eau !

Récapitulons… un peu de maths :

2,5 l (d’apport nécessaire pour compenser les pertes) – 1,5 l (d’apport recommandé par la boisson) => reste 1 l dans cette histoire 😉 …

Ce litre doit être apporté par l’alimentation, d’où l’importance de manger des aliments riches en eau, comme les fruits et les légumes : tout est lié… la boucle est bouclée ! 🙂

Eau : comment trouver le « carburant de la bécane » ?

9 astuces pour ceux qui ont du mal à boire suffisamment :

  • 1 : Boire un verre à chaque repas : matin, midi, goûter et soir
  • 2 : Instaurer des rituels : boire en arrivant au boulot, après la toilette, avant le film…
  • 3 : Éparpiller plusieurs bouteilles à portée de vue et de main, et à des endroits « stratégiques » comme la table de nuit, à côté de l’ordinateur, sur la table du salon télé, dans la salle de bain…
  • 4 : Avoir toujours de l’eau dans son sac à main
  • 5 : Utiliser la technique de la bouteille : remplir une bouteille le matin avec pour objectif de la terminer pendant la journée
  • 6 : Varier les plaisirs : eaux plates, minérales, gazeuses, de sources… avec des goûts différents
  • 7 : Aromatiser l’eau : avec des arômes naturels et sains, comme un jus de citron, quelques gouttes d’eau de fleur d’oranger, des feuilles de menthe…
  • 8 : Boire du thé et des tisanes (sans sucre bien sûr !)
  • 9 : Apprécier l’eau dans un joli récipient, et pourquoi pas avec une paille rigolote !

Conseils :

  • Plus on vieillit, moins on ressent la sensation de soif : il faut donc surveiller la consommation en eau des personnes âgées
  • On évite la solution tentante des boissons sucrées et de l’alcool : certes il y a de l’eau, mais pas que…
  • Une soif excessive récurrente ou le besoin d’une surconsommation d’eau peut être le reflet d’une pathologie : consulter dans ce cas
  • Une alimentation trop salée incite à boire : le sel perturbe l’équilibre du milieu intracellulaire et extracellulaire => les cellules perdent leur eau et se déshydratent, déclenchant la sensation de soif
  • Il ne faut pas tomber dans l’obsession stressante du « Est-ce que je bois assez ? » => On peut vérifier au préalable sur quelques jours en mesurant les quantités habituelles, et adapter en fonction…

Et toi ? Mesures-tu ta consommation d’eau ? Quelle est ton astuce ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •