Doit-on manger cuit ou cru ?

Une tarte crue ? Quelle idée ! Nos grands-mères et nos mères (j’aime bien parler d’elles 🙂 ) faisaient toujours cuire leurs tartes, n’est-ce pas ?

Et puis, quand on pense à ce qu’on peut manger cru, on voit des salades, des légumes, des fruits, voire de la viande ou du poisson… mais pas une tarte !

Enfin, nos ancêtres, nos chers Hommes préhistoriques, qui ont mangé cru pendant très longtemps, faute d’avoir découvert le feu, ont ensuite fait cuire avec plaisir (enfin j’imagine 🙂 ) leurs steaks de bison… ce devait être quand même plus facile à mâcher, non ?

Certains scientifiques pensent même que la cuisson des aliments (en particulier des légumes et des racines) auraient permis le développement du cerveau humain, en rendant plus disponible certains nutriments, et en fournissant plus d’énergie… mais ça, c’est un autre débat !

Mais revenons à notre époque : faut-il donc manger cuit ou cru ?

Les deux, mon capitaine !

Pourquoi il faut manger cru ?

  • Les aliments crus ont besoin d’être plus mâchés : la plupart sont plus durs que lorsqu’ils sont cuits => la mastication, comme nous l’a rappelé à son époque notre ami Fletcher, présente de nombreux avantages, en particulier en facilitant la digestion, en favorisant l’absorption de certains nutriments et en permettant d’atteindre plus rapidement l’effet satiété
  • La cuisson détériore une partie des nutriments (en particulier les vitamines très sensibles à la chaleur) et des enzymes, d’autant plus que la température est élevée
  • Les aliments crus conservent les saveurs et la texture que Dame Nature a bien voulu leur offrir
  • Manger cru s’inscrit souvent dans une démarche de « raw food diet » : manger cru, mais aussi naturel, non transformé (donc sans additifs chimiques) et non traité, avec la part belle aux végétaux (légumes, graines, herbes, etc…) => donc s’orienter vers une alimentation santé, loin de la malbouffe
  • Manger cru permet d’éviter la réaction de Maillard : cette réaction chimique entre des protéines, des sucres et de l’eau, lorsque les aliments sont chauffés (plus la température est élevée, plus la réaction est rapide), génère un brunissement (et parfois des odeurs), mais aussi des composés toxiques, inflammatoires et pro-oxydants. Elle a été pointée du doigt avec le boum des cuissons au barbecue

Pourquoi il faut manger cuit ?

  • Certains aliments ne peuvent pas (ou difficilement) être mangés crus : le riz, les pommes de terre, les céréales, les asperges…
  • Les légumineuses sont plus digestes : en les faisant tremper au préalable pour les ramollir et débuter la germination, on améliore encore plus leur digestibilité
  • Les crucifères (brocoli, choux divers, rutabaga, etc…) sont également plus digestes, surtout chez les personnes aux intestins fragiles
  • La cuisson détruit une partie des nutriments, certes, mais aussi les bactéries et autres indésirables que l’on peut trouver dans et sur les aliments => si certaines bactéries sont très utiles à notre bonne santé, d’autres évidemment sont pathogènes. Et si on peut laver les fruits et les légumes avec soin, c’est plus compliqué pour la viande par exemple
  • Certains légumes et fruits sont plus intéressants cuits que crus => la cuisson libère des composants que l’on trouve difficilement dans la version crue : le lycopène (antioxydant) des tomates, surtout lorsqu’il est combiné avec une matière grasse, et le bêta-carotène de la carotte, également antioxydant… ce qui ne veut pas dire qu’on ne peut pas les manger également crus, bien sûr !
  • Les champignons, les échalotes et les oignons, en cuisant, libèrent des composants qui relèvent savoureusement les plats
  • La diététique chinoise énonce le principe que la cuisson économise de l’énergie pendant la digestion => un aliment cru et donc froid va demander plus d’énergie pour être digéré, car il devra au préalable est ramené à la température corporelle. Les asiatiques ont d’ailleurs trouvé un bon compromis entre le cru et le cuit, en cuisant très rapidement et partiellement les aliments.

Cru ou cuit ?… On fait quoi alors ?

On fait surtout appel au bon sens : on écoute son corps !

Certaines personnes auront des problèmes de digestion avec trop d’aliments crus… d’autres se sentiront plus en forme avec des aliments crus… ou fatigués avec trop d’aliments cuits… ou souhaiteront diminuer la part de cuit pour retrouver une alimentation plus naturelle…

Donc test, test, test… et on organise/choisit sa répartition cuit/cru.

Mes conseils :

  • Il est préférable de manger les aliments crus en début de repas : un chercheur (Paul Kouchakoff, dans les années 1930) a montré que l’ingestion d’aliments cuits déclencherait une augmentation du nombre de globules blancs (appelée leucocytose digestive), ce qui solliciterait trop notre système immunitaire. Cette réaction ne se produirait pas avec des aliments crus. La leucocytose ne se produirait pas en commençant le repas par les aliments crus.
  • Pour optimiser la cuisson, et préserver au mieux les nutriments, il faut privilégier les cuissons douces et rapides
  • Le cru ne se limite pas aux fruits et légumes (pour les végétaux) : il est intéressant de combiner d’autres aliments comme les graines et les oléagineux…

Et ma tarte crue dans tout ça ?

On ne va quand même pas manger le dessert au début du repas ?

Et pourquoi pas au goûter, ou au petit-déjeuner ?

Ma recette : tarte crue, sans gluten et sans lait, comme d’hab ! 😉

Ingrédients pour la pâte :

  • 200 g de poudre d’amandes
  • 2 cuillères à soupe de graines de chia
  • 50 g de miel liquide
  • 50 g d’huile de coco vierge (donc de pression à froid) ramollie (attention : pas chauffée !… à température ambiante, ça suffit)

Préparation du fond de tarte :

  • Moudre les graines de chia
  • Les mélanger (idéalement dans un robot) avec la poudre d’amandes, le miel et l’huile de coco, jusqu’à obtenir une pâte sableuse
  • Étaler la pâte dans un moule à tarte : aux doigts, c’est mieux
  • Réserver au réfrigérateur pour que la pâte se « solidifie » et ressemble à une « vraie » pâte à tarte cuite

La garniture se prépare juste avant la dégustation, pour garantir sa fraîcheur, et la préservation des nutriments.

Et là, on laisse libre cours à son imagination ! Des fruits seuls ou mélangés à d’autres ingrédients, de la pâte à tartiner « maison »

Bon, mon inspiration du jour, c’était ça :

  • 2 petites bananes
  • 100 g de noix de coco râpée
  • 1 filet de jus de citron
  • 1 cuillère à soupe de pur cacao non sucré

Le tout mélangé dans un robot, et réparti sur le fond de tarte 🙂

Et toi ? Es-tu plutôt cuit ou cru ?

 

Reçois gratuitement les 10 plus grosses erreurs à ne pas commettre pour manger sainement
+ la fiche synthétique des 6 étapes pour bien débuter une alimentation sans gluten + une délicieuse recette de pain sans gluten
  •  
    9
    Partages
  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •