Financiers à ma façon

Financier… quel drôle de nom pour un gâteau !

Est-ce à cause de sa forme de lingot d’or ?… aussi surprenant que ça puisse paraître, l’origine de son nom semble étroitement liée au monde des finances !

Ce biscuit, à l’origine ovale, à base d’amandes et de blancs d’œufs était une spécialité des sœurs visitandines de Lorraine, au 17ème siècle.  Elles « recyclaient » ainsi les blancs des œufs dont les jaunes servaient de fixateur dans leurs peintures.

Il fut ensuite boudé, car on se méfiait de l’amande amère, dont la saveur était associée à l’idée d’empoisonnement au cyanure.

L’histoire offre alors deux légendes :

Il fut remis au goût du jour à la fin du 19ème par un pâtissier français, dont la boutique était située à côté de la Bourse à Paris. Il lui donna cette forme rectangulaire, en clin d’œil aux lingots d’or de ses clients financiers, qui aimaient cet en-cas facile à manger.

Ou

Des pâtissiers suisses reproduisirent la recette des Visitandines mais lui donnèrent sa forme de lingot, pour ne pas être accusés de plagiat.

Pour ne pas plagier les plagiaires, et qu’il soit sans gluten, je l’ai revisité à ma façon… mais j’ai gardé la forme de lingot (sauf un… hommage aux Visitandines !).

Ingrédients :

  • 3 œufs
  • 60 g de sucre (blond ou de coco)
  • 50 g de farine de riz
  • 20 g de farine de manioc (ou fécule de pomme de terre ou arrow root)
  • 80 g de poudre d’amandes
  • ½ sachet de levure sans gluten
  • 60 g d’huile d’olive
  • Le jus de 2 citrons

Préparation :

  • Fouetter les œufs et le sucre pour que le mélange blanchisse
  • Incorporer les farines, la levure, la poudre d’amandes, l’huile et le jus de citron
  • Verser la pâte dans des moules à financiers (en silicone pour un démoulage facile)
  • Faire cuire au four 20 minutes à 180°C
  • Laisser tiédir et démouler rapidement

La minute historique !

Les poisons ont marqué l’histoire de l’Homme.

Ils furent d’abord utilisés comme une arme dans l’Antiquité, pour garantir la mort des proies chassées. Certains outils étaient d’ailleurs spécifiquement adaptés pour faciliter leur usage.

Mais rapidement, son utilisation dévia vers l’assassinat. Les empoisonnements étaient pratiqués lors de l’ingestion de plats ou boissons, dans toutes les classes sociales, y compris la noblesse, qui éliminait ainsi des rivaux politiques et économiques.

L’Histoire des Hommes regorge de cas d’empoisonnement, dont certains sont restés célèbres, et ont provoqué de véritables paranoïas…

… mais aussi des découvertes scientifiques encore utilisées de nos jours : le roi Mithridate VI (1er siècle avant JC) avait tellement peur de mourir ainsi qu’il consacra une partie de sa vie à rechercher des antidotes, et à s’immuniser en ingérant des doses de plus en plus fortes de poison, pour habituer son organisme. Ce procédé est devenu la mithridisation, qu’on applique aujourd’hui dans la désensibilisation à certains allergènes.

… ou des coutumes toujours en vigueur dans certains pays : trinquer en se disant « santé ! ». Au Moyen-âge, les convives échangeaient un peu de boisson avant de boire pour prouver qu’elle ne contenait pas de poison… et donc rester en bonne santé ! Par la suite, on se contenta d’entrechoquer les ustensiles… heureusement pas en verre à cette époque.

Quelle est ta légende préférée ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •