La santé et l’alimentation… ?

gilbert

1) Peux-tu te présenter et en dire un peu plus sur toi ?

Je suis retraité, et je fêterai mes 64 ans le mois prochain. Je suis divorcé et souhaite voir grandir mes petits-enfants. Je suis père de 4 enfants et grand-père, pour le moment, de 4 petits enfants et bientôt j’aurai le bonheur de pouvoir chérir en plus des jumelles, dont la naissance est prévue pour le 4 mars.

Je suis francilien de naissance et actuellement je réside en Alsace, dans une ville proche de Mulhouse. La région alsacienne m’a accueilli dans les années 1990 à des fins professionnelles, une région agréable de par son côté nature et touristique.

2) Quelles sont les raisons pour lesquelles tu as décidé de changer d’alimentation ?

J’apprécie la nature, et participe de temps à autre à des conférences sur ce sujet.

Ainsi, je peux comprendre les méfaits de la nourriture transformée, des pesticides et des végétaux OGM sur notre santé.

Et puis, j’ai pu lire des ouvrages dans lesquels étaient mentionnées les recherches d’un antique médecin, 4 siècles avant Jésus-Christ, du nom d’Hippocrate, auquel tous les médecins actuels se réfèrent sans mettre en avant ses théories et sa maxime principale:

 « Que ta nourriture soit ton médicament, et que ton médicament soit ta nourriture ».

 Et quitte à choisir, je préfère partir dans l’au-delà en bonne santé, plutôt que malade et dans des douleurs atroces, car nous en avons le choix. Bien sûr, il faut lire et se documenter, mais la vie n’est passionnante que si nous n’en sommes pas que des spectateurs. L’action nous fait avancer.

3) Prenais-tu auparavant des traitements médicamenteux ? Quels en étaient les effets indésirables ?

De constitution robuste, je n’ai été affecté par la maladie que très rarement (juste des maladies infantiles).

Ma famille n’a que rarement eu des problèmes de santé également, et bon nombre d’entre eux ont affiché 90, 100 ans avant d’être rappelés au ciel (ma grand-mère est décédée pendant sa sieste, elle s’est éteinte comme une bougie, un souffle de vent a fait vaciller la flamme), et ce depuis des siècles, possédant mon arbre généalogique depuis 1235 (je suis originaire de la région de Namur en Belgique).

Aussi, sur moi-même, je n’ai pu voir les effets indésirables suite à la prise de diverses médications allopathiques, par contre, j’ai pu les relever sur la santé de mes amis et connaissances.

 Comme les maladies cardio-vasculaires occasionnées par un traitement mal approprié contre le diabète, ou la dangerosité des drogues analgésiantes sur le côté cérébral d’un de mes amis. Cela peut entraîner des maladies auto-immunes, par exemple.

Par contre, j’ai subi un grave accident de la route, qui m’a plongé durant 19 jours dans le coma, d’où l’importance pour moi de la vie agrémentée de la santé. Je me suis retrouvé hémiplégique durant un bon moment. Il ne me reste aucune séquelle, car j’ai œuvré pour retrouver une vie affichée de normalité.

4) Quelles modifications as-tu apportées à ton alimentation ?

Suite aux informations distillées par de savants professionnels de la nutrition, je me suis mis à ingérer mes repas principalement de façon crue.

J’ai donc acheté un extracteur manuel (- de 100 euros) pour des jus de fruits et de légumes et je suis devenu vegan, mais sans excès, c’est à dire, je ne suis pas esclave d’une façon de manger.

La vie est aussi pour avoir de la joie, et l’on peut déroger une fois ou deux par semaine, sans pour autant que l’on perde tous les bienfaits apportés par la prise d’une nourriture à base de cru. Si durant l’hiver, je mange une ou deux choucroutes, cela ne nuit en rien à mon équilibre nutritionnel.

J’évite de trop saler mes aliments, ce qui me ferait fixer l’eau dans mes tissus, par contre je joins à ma nourriture de l’eau de Quinton de temps à autre, sous forme de cure dans mes jus.

J’ai proscrit la viande sauf la dinde que je joins à mes repas 2 à 3 fois par mois.

 La protéine se trouve également dans les légumes, de plus les protéines de la viande sont moins digestes.

Etudions les réactions que nous avons avec tel ou tel aliment, il faut apprendre à nous connaître, c’est la base de tout : nous sommes tous comparables tout en étant différents.

5) Peux-tu donner en exemple les menus d’une de tes journées ?

Tous les jours, je fais un jeûne intermittent, c’est à dire que je ne mange qu’à partir de midi.

  • Le matin au réveil, je ne bois que de l’eau en bouteille (2 X 25 cl)
  • Le midi : jus composé d’1 pomme + 2 belles betteraves crues + 6 carottes + 1 citron + 1 morceau de gingembre, et parfois 1 bouquet de persil (vitamine C) ou d’1 orange + 1 concombre + 1 morceau de curcuma + 1 poivron rouge + 3 branches de céleri. + par exemple : un avocat + ratatouille faite maison
  • Le soir, avant 20 h 30, une salade composée de spaghetti de courgette ou 1 scarole + 1 avocat + quelques champignons crus coupés en lamelles + des graines de tournesol et de sésame + jus d’1 citron et huile d’olive, 1 cuillère à café de moutarde

Tout en sachant que les nutriments des végétaux commencent à être détruits à partir de 42 °C, et que les micros, macros, et les nutriments donnent la santé.

6) Quels sont tes critères d’achat des produits que tu consommes ?

Les produits Bio sont bien il est vrai, mais les produits dits « naturels » sont bien aussi.

Les végétaux des supermarchés peuvent être employés à condition de les laver avec l’eau additionnée de vinaigre d’alcool, ou épluchés, dans une certaine limite. Mais une règle essentielle : ne pas ou peu s’alimenter avec des nourritures de confection industrielle, à la longue les maladies de dégénérescence s’installeront, et vous handicaperont dans un avenir plus ou moins lointain.

7) Peux-tu décrire les bienfaits constatés grâce à ces changements alimentaires ?

Mes nuits sont plus reposantes, je suis plus endurant, perte de 16 kg, moins essoufflé, il est vrai aussi que je respecte la parole de sagesse : pas de cigarettes, pas d’alcool, pas de thé  ou de café.

8) Quels conseils donnerais-tu sur l’alimentation, par rapport à ton expérience ?

Il faut apprendre à se connaître, ce qui est bon pour l’un n’est pas forcément bon pour l’autre. Nous pouvons faire des essais, tout en sachant que les fruits et les légumes sont les meilleurs de solutions.

Quand vous ingérez de la viande, vous ingérez par la même occasion tous les traitements et vaccins inoculés aux animaux.

9) Quel est le mot de la fin ?

Cette info n’est pas un traitement, n’arrêtez pas les prescriptions de votre médecin sans le consulter.

Sur le web, il y a beaucoup de sites sur ce sujet, certains sont sérieux et respectueux de votre santé, d’autres moins.

Votre santé vous appartient, alors soyez acteurs.

Ne soignez pas les symptômes des maladies, soignez votre corps dans son ensemble. Les symptômes servent à déceler la maladie, si vous les ôtez, vous n’êtes pas guéris pour autant, la maladie se développe en aveugle, et quand ils réapparaissent puissance 10 il est souvent trop tard, avec les traitements conventionnels.

L’allopathie est bien dans l’urgence, car il faut parer au plus pressé, et ce n’est pas toujours une solution à tous les problèmes de santé.

Les huiles essentielles ont fait leurs preuves, et les font toujours, aussi avec elles il n’y a pas d’effet secondaire.

Également, votre médecin doit vous apporter le sourire et le réconfort, c’est près de 50% de votre guérison.

Avoir le cancer, n’est pas une fin en soi, la guérison peut être certainement en vue ! Le cancer traduit une acidité de votre liquide interstitiel. Aussi, pensez aux périodes de jeûne.

Maintenant, c’est à toi de jouer,  dis-nous en commentaires ce que tu penses de l’histoire et du témoignage de Gilbert. Partage, toi aussi, ton expérience.

Reçois gratuitement les 10 plus grosses erreurs à ne pas commettre pour manger sainement
+ la fiche synthétique des 6 étapes pour bien débuter une alimentation sans gluten + une délicieuse recette de pain sans gluten
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •